Saison 2016-2017

  • agenda
    2+2=5
    16 sep
    Musique

    Prendre part à un festival dont l’équipe s’implique tout au long de l’année dans la vie du quartier est un juste retour des choses, encore fallait-il être à la hauteur de son inspiration. Ce sera chose faite avec ces trois propositions qui font battre nos coeurs plus que de raison.

    Prendre part à un festival dont l’équipe s’implique tout au long de l’année dans la vie du quartier est un juste retour des choses, encore fallait-il être à la hauteur de son inspiration. Ce sera chose faite avec ces trois propositions qui font battre nos coeurs plus que de raison. Parce que s’engager avec 2+2=5 pousse, mathématiquement, à se dépasser !19h45Ndobo-emma est une jeune auteure-compositrice-interprète francocamerounaise. Accompagnée de sa guitare, portée par une voix tantôt douce, tantôt puissante et par un solide sens du groove, elle peint son monde aux couleurs de la nu-soul et du folk. Chacun de ses concerts est une invitation chaleureuse, sur le fil de l’émotion. Ndobo-emma a été lauréate du tremplin Jam de Montpellier en 2014.Chant, guitare : Ndobo-emma20h15Compositeur et multi-instrumentiste d’origine libanaise, Bachar Mar-Khalifé a reçu une formation prestigieuse au Conservatoire national supérieur de Paris. Attiré par la création contemporaine, il fonde le groupe Aufgang mais c’est en solo qu’il prend son envol. Après Oil Slick (2010), Who’s Gonna Get the Ball from Behind (2013), il sort son troisième album Ya Balad en 2015. Mêlant une multitude d’instruments, cet album joue la réconciliation entre les différents parcours musicaux de Bachar Mar-Khalifé et consacre le chant arabe comme instrument central de son expression. Tous ses albums ont été édités c/o InFiné.Chant, piano, synthétiseur : Bachar Mar-Khalifé / Basse : Alexandre Anguelov Batterie, percussions : Dogan Poyraz22h15Le Collectif Koa est une association montpelliéraine d’artistes musiciens ayant pour objectifs la création et la diffusion du jazz et des musiques improvisées. En son sein, la formation Peemaï revisite, par le groove, les musiques d’Asie du Sud-Est. On croise dans l’univers Peemaï des mélodies issues du « Molam » (blues rural lao), des musiques sacrées khmers, des rythmes reggae et électro, aussi bien que des sonorités inspirées d’Hendrix et de Coltrane.Guitare : David Vilayleck / Basse : Alfred Vilayleck / Saxophone, clavier : Hugues Mayot / Batterie, percussions : Franck VaillantCe concert reçoit le soutien de Réseau en Scène Languedoc-Roussillon dans le cadre de son dispositif d'aide à la tournée.Retrouvez l'intégralité de la programmation de 2+2=5 sur : www.festival2plus2egal5.fr
  • agenda
    Le principe du truc
    08 oct / 09 oct
    Théâtre
    Le principe du truc Compagnie Primesautier Théâtre

    Notre création partagée immersive, théâtrale et documentaire continue. En résidence depuis septembre 2015 dans le quartier de la Mosson, la compagnie Primesautier Théâtre en a réalisé un portrait, loin des clichés d’usage, avec humour, poésie, et réalisme.

    Notre création partagée immersive, théâtrale et documentaire continue. En résidence depuis septembre 2015 dans le quartier de la Mosson, la compagnie Primesautier Théâtre en a réalisé un portrait, loin des clichés d’usage, avec humour, poésie, et réalisme.Le principe du truc est l’occasion d’ouvrir le couvercle de cette boîte à secrets et d’expérimenter une forme théâtrale surprenante qui dessinera la cartographie subjective de ce quartier emblématique en donnant la parole à ceux qui y vivent, y travaillent et le constituent.Durant deux après-midi, vous voyagerez à la rencontre de différentes formes artistiques : vous irez de trucs en principes et de principes en trucs afin de reconstruire pour vous-mêmes, et par vous-mêmes, ce quartier dit populaire.Depuis plus de dix ans, la compagnie Primesautier Théâtre articule son projet artistique dans un va-et-vient permanent entre projets impliquant des amateurs et créations professionnelles.L’équipe de Primesautier Théâtre en partenariat avec l’équipe du Théâtre Jean Vilar, les associations I-PEICC, Tin Hinan, Kaïna TV, AJPPN, Les sentiers d’écriture, la compagnie de la Mandragore, la Maison pour tous Léo Lagrange, L’Âge d’Or, le Centre social CAF, la Médiathèque de Métropole Jean-Jacques Rousseau et les habitants du quartier, qui de près comme de loin, ont participé à l’aventure…Durée : 3h
  • agenda
    Teatro comico
    13 oct / 14 oct
    Théâtre
    Teatro comico Compagnia dell’ improvviso

    La Commedia dell’arte, ce style de théâtre de tradition italienne, sera-t-elle une source d’inspiration incontournable pour la création contemporaine ou restera-t-elle une reconstitution historique dépassée et poussiéreuse ?

    La Commedia dell’arte, ce style de théâtre de tradition italienne, sera-t-elle une source d’inspiration incontournable pour la création contemporaine ou restera- t-elle une reconstitution historique dépassée et poussiéreuse ?Confrontant une troupe de comédiens italiens venus présenter les personnages de la tradition et leurs masques à des représentants d’autres tendances théâtrales, la Compagnia dell’improvviso nous offre la question sur un plateau, sans jamais - fort heureusement - se donner la peine d’y répondre. Fans et critiques se disputent lascène sans se rendre compte qu’ils font déjà partie de la création que le maître / conférencier improvise avec eux.Comment une conférence pédagogiquement correcte, exposant talents et tempéraments, devient une véritable joute théâtralisée, qui donne matière à une réflexion amusée sur la place du théâtre populaire aujourd’hui. De dérapages en décalages, le rire et la bouffonnerie contaminent la réalité autant que la représentation.La Compagnia dell’improvviso a été créée en Languedoc-Roussillon en 1996.Durée : 1h20Texte et mise en scène : Luca Franceschi / Masques : Stefano Perocco di MedunaAvec : Nathalie Robert, Carole Ventura, Grégory Nardella, Angello Crotti, LucaFranceschi
  • agenda
    Melankholia
    03 nov / 04 nov
    Théâtre
    Melankholia Compagnie U-structurenouvelle

    Avec μελαγχολία (melankholia) Stethias Deler, metteur en scène hybride de U-structurenouvelle, reprend la bataille inlassable de Sisyphe poussant son rocher, mais tente d’en changer l’absurdité mélancolique.

    Avec μελαγχολία (melankholia) Stethias Deler, metteur en scène hybride de U-structurenouvelle, reprend la bataille inlassable de Sisyphe poussant son rocher, mais tente d’en changer l’absurdité mélancolique. Proposant une « mélancolie de combat » où le monde se refait à vue, six interprètes-créateurs au plateau, étalentet rafistolent nos blessures, nos faiblesses, nos abandons, pressant nos individualismes pour en extraire l’essence. Entre performance et théâtre, ils accompagnent délicatement les spectateurs vers une issue peut-être moins fatale qu’on nous le dit. Pour peu que l’on accepte le diagnostic, voilà que la mélancolie se débride !μελαγχολία (melankholia) nous propose une médecine douce, souvent jubilatoire, pour commencer à nettoyer en profondeur ce vingt-et-unième siècle si pénible à naître.La compagnie montpelliéraine U-structurenouvelle a été créée en 2005 par Stefan Delon et Mathias Beyler. Ce dernier a été artiste associé au théâtre Jean Vilar sur les saisons 2012/2013 et 2013/2014. Il y a notamment mis en scène Les funérailles d’hiver d’Hanock Levin, avec des lycéens, et la création partagée Est-ce ainsi… ? avec des habitants de la Mosson.Durée : 1h30 (sous réserve)Mise en scène : Stethias Deler / Scénographie : Daniel Fayet / Création lumières :Martine André / Avec : Edith Baldy, Sylvain Stawski, Phil Von (créateur sonore),Cyril Laucournet (vidéaste / VJ), Stefan Delon et Mathias Beyler (régies)
  • agenda
    Fethi Tabet
    09 nov
    Musique

    Sur des musiques de danse et de fête, les chansons de Fethi Tabet nous entraînent aux confins de l’Orient et du Maghreb, mais aussi en Jamaïque et à Cuba

    Sur des musiques de danse et de fête, les chansons de Fethi Tabet nous entraînent aux confins de l’Orient et du Maghreb, mais aussi en Jamaïque et à Cuba.Avec des chants en français, en espagnol, en portugais ou encore en wolof, cet ensemble incarne une nouvelle tendance des musiques populaires actuelles qui privilégie la générosité, le contact avec le public et le rapprochement des cultures. Une solide amitié y rassemble des musiciens originaires de France, de Tunisie, duMaroc, du Cameroun, du Sénégal, du Mali et du Brésil, tous leaders, par ailleurs, d’orchestres aux influences musicales diverses.Après avoir enflammé le public du théâtre Jean Vilar avec sa création Alwane en septembre 2014, aux côtés de la chorégraphe Anne- Marie Porras et de ses danseurs, Fethi Tabet a choisi de proposer, cette fois, une rencontre entre musiciens professionnels et amateurs.Artiste montpelliérain arpentant les scènes internationales, Fethi Tabet participe activement à la vie locale du quartier de la Mosson en dirigeant le Centre Culturel International - Musique Sans Frontières.Durée : 2hViolon : Frédéric Tari / Oud, chant : Fethi Tabet / Clavier : Julien AscencioSaxophone : Jérôme Dufour / Percussions : Trajano Ferreira Caldas / Basse : BénildeFodjo Foko / Batterie : Sega Seck / Guitare : Frédéric Wheeler / Artistes invités :Alice Faivre (chant Brésil), José Diaz et Luis Diaz (guitare et chant gipsy),Makou Seck (musique et chant Sénégal).
  • agenda
    Amer
    17 nov / 18 nov
    Théâtre
    Amer Compagnie La Chouette Blanche

    Amer est une commande d’écriture d’Azyadé Bascunana à l’auteur Amine Adjina. Une fiction autobiographique « au second degré », puisque tirant sa source du récit que la comédienne lui a fait d’un épisode personnel.

    Amer est une commande d’écriture d’Azyadé Bascunana à l’auteur Amine Adjina. Une fiction autobiographique « au second degré », puisque tirant sa source du récit que la comédienne lui a fait d’un épisode personnel. Dans cette « histoire », une jeune fille est face à une promesse qu’elle ne peut honorer : celle de ramener lescendres de sa grand-mère jusqu’en Algérie. Cette traversée est empêchée par des conflits familiaux mais aussi par ce legs de l’Histoire que représente la guerre d’Algérie.Qu’est-ce qu’une promesse ? Jusqu’où nous engage-t-elle ? Cette promesse est le point de départ de l’écriture mais c’est son impossible réalisation qui rend l’acte théâtral nécessaire.La compagnie La Chouette Blanche a été fondée en 2011 à Montpellier par Azyadé Bascunana.Durée : 1hÉcriture : Amine Adjina / Mise en scène : Amine Adjina et Azyadé BascunanaDirection d’acteur : Amine Adjina / Création lumière : Olivier Modol Création sonore : Damien Fadat / Avec : Azyadé Bascunana
  • agenda
    Goupil
    24 nov / 24 nov / 25 nov / 25 nov
    Théâtre gestuel et musical
    Goupil Compagnie Les Compagnons de Pierre Ménard

    Loin d’être un conte ancien et poussiéreux, cette histoire intemporelle et pleine d’humour du célèbre Roman de Renart est ici portée par un quatuor d’artistes ancrés dans leur époque.

    D’après l’album de Samivel - Tout public à partir de 6 ansLoin d’être un conte ancien et poussiéreux, cette histoire intemporelle et pleine d’humour du célèbre Roman de Renart est ici portée par un quatuor d’artistes ancrés dans leur époque. Mêlant musique, parole et langue des signes, un conteur-lecteur, un musicien - bruiteur et deux comédiennes se métamorphosent successivement en loup affamé, en renard facétieux, en poussin désinvolte… ressuscitant cette oeuvre pluri-centenaire avec verve et facétie.Un spectacle accessible au public malentendant ou sourd, qui s’écoute avec les yeux et se regarde avec les oreilles ou inversement. Et où la gestuelle du langage des signes prend une dimension théâtrale époustouflante.La compagnie Les Compagnons de Pierre Ménard (du nom d’un auteur énigmatique inventé par l’écrivain Jorge Luis Borges) a été créée en 2003 à Bordeaux.Durée : 50 minMise en scène : Nicolas Fagart / Musique et sons : Maxime Dupuis /Lumières : Nicolas Fagart / Avec : Isabelle Florido, Sabrina Dalleau (interprétation Corps etLSF), Nicolas Fagart (interprétation vocale)
  • agenda
    Eau & gaz à tous les étages
    02 déc / 09 déc / 20 jan / 21 jan / 28 jan
    Théâtre

    Avec la complicité de cinq Maisons pour tous de l’ouest montpelliérain, le théâtre sort de ses murs et espère provoquer de nouvelles rencontres.

    Tout public - À partir de 12 ansAvec la complicité de cinq Maisons pour tous de l’ouest montpelliérain, le théâtre sort de ses murs et espère provoquer de nouvelles rencontres. Une occasion supplémentaire de découvrir des lieux impliqués dans la vie de leur quartier, pour mieux comprendre et appréhender les richesses de la ville où nous vivons.Maison pour tous François Villon - 04 67 45 04 57Vendredi 2 décembre 20hMaison pour tous André Chamson - 04 67 75 10 55Vendredi 9 décembre 20hMaison pour tous Léo Lagrange - 04 67 40 33 57Vendredi 20 janvier 20hMaison pour tous Paul-Emile Victor - 04 99 58 13 58Samedi 21 janvier 20hMaison pour tous Georges Brassens - 04 67 40 40 11Samedi 28 janvier 20hSoit un vieux, une vieille, tous les vieux et toutes les vieilles en une seule personne. Une personne, âgée de la somme de tous ses âges, et de toutes les personnes qu’elle a été à chaque âge.Une personne, obligée d’ouvrir sa porte à une assistante de vie qu’elle n’a pas demandée. Qui teste l’autre.Qui oscille en permanence entre l’agacement et le plaisir d’une présence, l’envie de parler et celle de garder le silence, l’envie de repasser un souvenir ou de projeter le présent.Ce spectacle questionne la vie dans son ensemble et le regard que nous portons sur la vieillesse. Emouvant et drôle, tendre ou cruel, il nous aide à nous retrouver, toutes générations confondues, autour de ce personnage jusqu’au bout entêté de liberté. Un acte salutaire de retrouvailles, donc.Durée : 1hTexte et mise en scène : Sandrine Barciet / Scénographie : Valérie JulienLumière : Clément Potié / Son : Patrick Arnault / Avec : Sandrine Barciet
  • agenda
    Concert familles
    03 déc / 03 déc
    Musique
    Concert Familles Avec l'Opéra Orchestre National de Montpellier Languedoc-Roussillon

    .

    Georg Friedrich Haendel - « Concerto grosso en sol mineur opus 6 n°6 HWV 324 (1739)Joseph Haydn - Concerto pour violoncelle et orchestre en do majeur Hob.VII.1 (1762)Wolfgang Amadeus Mozart - Symphonie n°25 en sol mineur KV 183 (1773)Ce concert a été imaginé autour de la musique du 18ème siècle dont le style évolue progressivement du baroque au classique et se termine avec l’une des plus surprenantes symphonies de Mozart dans ce qu’elle a de tragique, sommet d’une période d’écriture symphonique foisonnante (vingt symphonies en quatre ans).Chef allemand de 26 ans, David Niemann a déjà dirigé de nombreux concerts à Hambourg, Stuttgart, Amsterdam ou Leipzig. Il a littéralement enthousiasmé le public et les musiciens lors de ses premiers concerts avec l’Orchestre en septembre 2015 à l’Opéra Berlioz.Violoncelliste prodige, Alexandre Dmitriev étudie au conservatoire de Kiev puis de Moscou. Lauréat du prestigieux concours de violoncelle de Russie, il débute sa carrière parmi les Solistes de Moscou et devient en 1996 premier violoncelle solo de l’Orchestre de Montpellier.Durée : 40 minDirection : David Niemann / Violoncelle : Alexandre DmitrievAvec l’Orchestre National Montpellier Languedoc-RoussillonRenseignements et réservations auprès de l’Opéra Orchestre National Montpellier Languedoc-Roussillon : www.opera-orchestre-montpellier.fr
  • agenda
    chaine
    07 déc / 08 déc
    Danse
    ChaÎne Hamid El Kabouss / MIM.H Compagnie

    Pour son nouveau projet, inspiré par la chanson Strange fruit de Billie Holiday (qui évoque un arbre chargé d’étranges fruits...

    Pour son nouveau projet, inspiré par la chanson Strange fruit de Billie Holiday (qui évoque un arbre chargé d’étranges fruits : des hommes pendus en raison de la couleur de leur peau), le chorégraphe hip-hop s’est intéressé à l’altérité, à l’étrangeté et à cette force culturelle qui nous permet, collectivement d’entrer en résilience face aux drames dont l’Histoire est chargée. Chaîne s’empare de la culture noire américaine, pour raconter les injustices, les heurts et les interférences, qui conduisent à créer un monde nouveau.« Il ne s’agit pas toutefois, ici, de raconter l’esclavage mais plutôt de mesurer la liberté qui nous entoure, que l’on provoque, que l’on fuit ou que l’on refuse. Pour cette pièce, le Hip-Hop sera affirmé dans sa capacité à libérer le corps et l’esprit et à servir d’exutoire à la violence par la conjugaison du geste et du rythme. » Hamid El KaboussOriginaire de Casablanca au Maroc, Hamid El Kabouss s’est installé à Montpellier en 2006 et a créé sa compagnie MIM.H en 2009.Durée : 50 minChorégraphie : Hamid El Kabouss / Regard extérieur : Jean-Marie Lejude, metteuren scène / Création lumière : en cours / Interprétation : Virgile Dagneaux, Kwame Ba, Emmanuel Da Silva Almeida
  • agenda
    Nature morte dans un fossé
    14 déc / 15 déc / 16 déc
    Théâtre
    Nature morte dans un fossé Compagnie Faux Magnifico

    Ils sont six à parler, questionner, témoigner. Un évènement les lie : l’assassinat d’une jeune femme.

    d'après le roman de Fausto ParavidinoIls sont six à parler, questionner, témoigner. Un évènement les lie : l’assassinat d’une jeune femme. Un inspecteur mène l’enquête dans ce thriller passionnant où chacun risque d’être pris au piège de ses propres monstres. Considéré comme le chef-d’oeuvre de Fausto Paradivino, Nature morte dans un fossé interroge les dérives d’une société corrompue.« Un texte, un comédien, un décor sommaire, des bribes de costumes et voilà que l’on passe deux heures hors du temps, emportés par cette histoire de meurtre sordide et d’enquête peu reluisante. Le comédien Grégory Nardella réalise là une formidable performance, nous faisant passer du rire aux larmes sans outrance,juste avec l’empathie nécessaire et la distance indispensable. Toni Cafiero nous donne encore une fois une magnifique version de ce qu’est le théâtre, un espace intime et dérisoire qui peut contenir le monde, un lieu improbable fait d’illusions et d’artifices où l’humanité révèle ses turpitudes comme ses grandeurs. » Jean-Michel Collet - L’Indépendant.La Compagnie Faux Magnifico est implantée à Lattes depuis 1996.Durée : 1h40Adaptation, mise en scène et décor : Toni Cafiero / Traductrice : Sylvie FavallierCréation lumière et régie lumière : Luc Souche / Régie son : André CossonAvec : Grégory Nardella
  • agenda
    debrayage
    12 jan / 13 jan
    Théâtre
    Débrayage Compagnie de l’Astrolabe

    La pièce de Rémi de Vos expose les dommages collatéraux du travail sur la vie des personnages et sur leurs rapports les uns avec les autres.

    d'après le texte de Rémi de VosComposée de treize scènes que rien ne semble réunir, si ce n’est l’exclusion et la peur de perdre son emploi, celui-ci étant envisagé comme seule valeur d’existence possible, la pièce de Rémi de Vos expose les dommages collatéraux du travail sur la vie des personnages et sur leurs rapports les uns avec les autres.Dans Débrayage, le travail c’est la vie. Pas de travail, pas de vie. Harcèlement moral, déshumanisation, délation, auto-évaluation, peur du licenciement… en un mot : souffrance au travail. Voilà les thèmes ici abordés. Ce pourrait être dramatique mais l’auteur choisit d’en rire, d’un rire cynique et décapant. Rire pour prendrede la distance. Et pour mieux voir l’absurdité d’un système, mis en place dans un but d’avilissement.La compagnie de l’Astrolabe a été fondée en 2008 à Montpellier. Le théâtre Jean Vilar a eu l’occasion d’ovationner, en octobre 2015, son adaptation polyglotte de Monsieur de Pourceaugnac.Durée : 1h15 (sous réserve)Mise en scène : Nicolas Pichot / Scénographie et décor : Pierre Heydorf / Travailchorégraphique : Léonardo Montecchia / Création musicale : Tony BruneauCréation lumière : Natacha Räber / Création costumes : Pascaline DuronAvec : Marc Pastor, Evelyne Torroglosa, Tony Bruneau et Natacha Räber
  • agenda
    Autour du domaine
    26 jan / 27 jan
    Fil tendu
    Autour du domaine Marion Collé / Collectif Porte 27

    Autour du domaine est un spectacle - poème librement inspiré du recueil Du domaine d’Eugène Guillevic (1907-1997).

    Incluant des extraits du recueil Du domaine de Guillevic - Ed. GallimardAutour du domaine est un spectacle - poème librement inspiré du recueil Du domaine d’Eugène Guillevic (1907-1997). Le poème n’est pas dit, ce sont les corps qui s’en emparent, le traduisent physiquement, au plateau. Grâce au fil, grâce aux corps, mais aussi grâce à un travail de l’image vidéo, de la lumière et de l’espacesonore, nous sommes initiés à « quelque chose » qui nous bouleverse et nous transporte.« Le domaine, c’est le fil. Le fil induit un rapport au temps et un traitement singulier de l’espace. Espace ténu, il n’est ni passé, ni futur, il n’est que présent. Instant qui révèle tout mouvement. C’est l’effort que l’on déploie pour retrouver un rapport physique au monde. La recherche, toujours à recommencer, d’un équilibre qui n’est pas un idéal mais un simple cheminement. » Marion ColléCréée en 2008, Porte 27 est une association basée en Champagne- Ardenne qui réunit de jeunes circassiens.Durée : 50 minCréation son : Alexis Auffray / Scénographie, lumière : Sylvie Mélis / Créationvidéo : Véronique Caye / Accompagnement chorégraphique : Valérie LamielleRégie générale et lumière : Nicolas Joubaud / Création et régie vidéo : Véronique CayeGréement : Chien NoirAvec la collaboration de Marie Lamarche, Suzanne Sebö, Simon Maurice et VasilTasevski / Avec : Marion Collé et Chloé Moura
  • agenda
    Page en construction
    02 fév / 03 fév
    Théâtre
    Page en construction Compagnie El Ajouad

    C’est l’histoire d’un homme qui a commandé l’écriture de certaines pages de sa vie à un auteur, qui en fera ce qu’il veut.

    de Fabrice MelquiotC’est l’histoire d’un homme qui a commandé l’écriture de certaines pages de sa vie à un auteur, qui en fera ce qu’il veut. Cet homme joue sa vie. Il s’appelle Kheireddine Lardjam. Personne, acteur, conteur et personnage : c’est lui la page en construction. Il vit entre la France et l’Algérie, nulle part. À moins qu’il ne soit sans patrie, sans drapeau, sans langue à lui, sans corps : un fantôme consentant.À travers ce spectacle, le comédien et metteur en scène aspire, par la création et la confrontation des regards, le sien et celui de l’auteur Fabrice Melquiot, à soulever la chape de silence qui recouvre leur histoire commune depuis la fin de la guerre d’Algérie.« J’impose à Kheireddine Lardjam de jouer ce personnage qui s’appelle Kheireddine Lardjam. Je lui impose de devenir son propre masque et je ne lui épargnerai rien. Il a accepté le jeu. Ce jeu où je le cogne avec fraternité, après lui avoir lié les mains » Fabrice Melquiot.La compagnie El Ajouad a été créée à Oran en 1998 par Kheireddine Lardjam. Le théâtre Jean Vilar l’a accueillie la saison dernière avec End/igné de Mustapha Benfodil.Durée : 1h30Texte : Fabrice Melquiot / Mise en scène : Kheireddine Lardjam / Collaborationartistique : Estelle Gautier / Création lumières : Manu Cottin / Création son : PascalBrenot / Musique : création collective / Dessins : Jean-François Rossi /Vidéo : Kheireddine Lardjam, Thibaut ChampagneAvec : Kheireddine Lardjam, Larbi Bestam, Romaric Bourgeois, Sacha Carmen
  • agenda
    Footwork et dribble
    20 fév / 21 fév
    Football
    "Footwork" et "Dribble!" Hamid El Kabouss et Félicie Artaud

    Deux créations partagées autour du football lors d’une seule et même soirée. La première au Théâtre Jean Vilar et la seconde, à deux pas de là, au gymnase Jean Bouin

    Nous vous convions à découvrir deux créations partagées autour du football lors d’une seule et même soirée. La première au Théâtre Jean Vilar et la seconde, à deux pas de là, au gymnase Jean Bouin.FOOTWORKÀ mi-chemin entre les codes du football et ceux de la danse hip-hop, Footwork entraînera une dizaine de garçons du quartier, sous l’arbitrage du danseur Hamid El Kabouss.Nourrie de souvenirs d’enfance, de rêves d’avenir ou encore des projections fantasmagoriques de chacun, la démarche vise, à partir d’un temps de création et d’écriture partagées de six semaines, à élaborer un spectacle où se révèle l’individuel et le collectif.Les participants amateurs ne seront pas invités à évoluer comme des danseurs, mais à prendre part, avec leurs personnalités et leur jeu, à la construction d’histoires qui seront les leurs, et qui formeront les parties d’un ensemble auquel Hamid El Kabouss donnera un sens collectif.Chorégraphie : Hamid El Kabouss, assisté de Emmanuel da Silva AlmeidaAvec : de jeunes footballeurs de la MossonDRIBBLE ! Un match retourDribble ! est « une pièce footballistique pour seize joueuses et une arbitre » créée par la metteuse en scène montpelliéraine Félicie Artaud. Mêlant théâtre, sport et documentaire, ce match théâtralisé met en scène les événements propres à un match (coups francs, fautes, blessures et buts) par un recours à des procédés cinématographiques (arrêts sur images, ralentis, musique et voix off).Une manière de célébrer le football, sa gestuelle, ses rites, le combat symbolique qui s’y joue, mais aussi de mettre en avant les femmes qui le pratiquent, à travers les paroles et les présences engagées de ces footballeuses passionnées.Conception et mise en scène : Félicie Artaud / Collaboration artistique : AzyadéBascunana / Création sonore et régie : Antoine Blanquart / Création lumière :Khélifa Khelid / Couture : Catherine Sardi / Avec : une équipe féminine de football,Azyadé Bascunana, Yannick GuéganDurée totale : 1h30
  • agenda
    Ubu Roi
    01 mar / 02 mar / 03 mar
    Théâtre
    Ubu Roi Cie des Dramaticules

    d'après Alfred Jarry
    C’est une pièce sur l’abus : abus d’appétit, abus de pouvoir, abus de lâcheté. Et une histoire de monstres… Unis pour le pire, le Père et la Mère Ubu vocifèrent, se goinfrent, trahissent et exterminent les empêcheurs de s’enrichir en rond.

    d'après Alfred Jarry« C’est une pièce sur l’abus : abus d’appétit, abus de pouvoir, abus de lâcheté. Et une histoire de monstres… Unis pour le pire, le Père et la Mère Ubu vocifèrent, se goinfrent, trahissent et exterminent les empêcheurs de s’enrichir en rond.Ubu roi est une oeuvre de chaos où l’on passe son temps à se brutaliser, à comploter et à se faire la guerre. Et dans l’histoire du théâtre, cette pièce est une formidable débâcle. Elle porte en elle toute la violence, le sarcasme et l’insolence de la jeunesse. Dans notre Ubu, les tableaux ne se suivent pas, ils se percutent et secontestent sur le mode emphatique, ironique et critique. Il nous a semblé fondamental que la trame du spectacle suive celle de la pièce, que le destin des acteurs suive celui de leurs personnages, que le spectacle se détruise dans le temps de la représentation : l’histoire d’une troupe jouant Ubu roi et se déchirant en jouant Ubu roi. » Cie des DramaticulesBasée à Vincennes, la compagnie des Dramaticules a été créée en 2002.Durée : 1h25Adaptation et mise en scène : Jérémie Le Louët / Collaboration artistique : NoémieGuedj / Scénographie : Blandine Vieillot / Vidéo : Thomas Chrétien, Simon Deniset Jérémie Le Louët / Lumière : Thomas Chrétien / Son : Simon DenisConstruction : Guéwen Maigner / Régie : Thomas Chrétien et Simon DenisAvec : Julien Buchy, Anthony Courret, Jonathan Frajenberg, Jérémie Le Louët, David Maison etDominique Massat 
  • agenda
    Assemblée - Formes brèves
    04 mar / 10 mar / 17 mar / 18 mar / 25 mar
    Théâtre
    Assemblée - Formes brèves Compagnie provisoire

    Avec la complicité de cinq Maisons pour tous de l’ouest montpelliérain, le théâtre sort de ses murs et espère provoquer de nouvelles rencontres.

    Avec la complicité de cinq Maisons pour tous de l’ouest montpelliérain, le théâtre sort de ses murs et espère provoquer de nouvelles rencontres. Une occasion supplémentaire de découvrir des lieux impliqués dans la vie de leur quartier, pour mieux comprendre et appréhender les richesses de la ville où nous vivons.Maison pour tous André Chamson - 04 67 75 10 55Le dernier jour d’un condamné - Samedi 4 mars 18h30Maison pour tous Paul-Emile Victor - 04 99 58 13 58Claude Gueux - Vendredi 10 mars 20hMaison pour tous Léo Lagrange - 04 67 40 33 57Les travailleurs de la mer - Vendredi 17 mars 20hMaison pour tous Georges Brassens - 04 67 40 40 11L’homme qui rit - Samedi 18 mars 20hMaison pour tous François Villon - 04 67 45 04 57Quatre-vingt treize - Samedi 25 mars 20 hEn préambule du spectacle Assemblée, programmé les 31 mars, 1er et 2 avril 2017, la Compagnie provisoire propose de faire de chaque interprète de la pièce un délégué de la parole de Victor Hugo.Chaque comédien s’est emparé d’un roman de l’auteur et en donne une forme épurée qui privilégie la rencontre avec le public. À travers ces cinq récits, programmés dans cinq Maisons pour tous de la Ville de Montpellier, nous entendrons la vie d’hommes et de femmes qui se heurtent à la fatalité des lois et des choses mais qui, malgré tout, tentent de se réaliser à travers leurs convictions,leurs amours et leurs croyances.Que vous choisissiez de ne voir qu’une forme brève ou de les voir toutes, participez à la construction de la grande aventure théâtrale que constitue Assemblée.Durée : 40 minAdaptation et mise en scène : Julien Guill / Avec : Camille Daloz (Le dernier jour d’un condamné), Sébastien Portier (Claude Gueux), Claude Maurice (Les travailleurs de la mer), Julien Guill (L’homme qui rit), Fanny Rudelle (Quatre-vingt-treize) Ce spectacle n'entre pas dans l'abonnement du Théâtre Jean Vilar.Les réservations se font dans les Maisons pour tous partenaires qui accueillent ce spectacle.Tarifs : 2 € / 1 € (abonnés Maisons pour tous)
  • agenda
    Comment moi je ?
    08 mar / 10 mar
    Théâtre
    Comment moi je ? Compagnie Tourneboulé

    Pied de nez philosophique pour ceux qui pensent encore que les enfants ne savent pas réfléchir

    Pied de nez philosophique pour ceux qui pensent que les enfants ne savent pas réfléchirde Marie Levavasseur - Tout public à partir de 5 ansTout commence par une naissance, un soir de neige. Une naissance inattendue qui laisse une petite fille tout emmêlée, seule face à elle-même. Heureusement, sur son chemin, elle rencontre Jean- Pierre, philosophe haut perché dans son arbre. De questions en questions, comme on sème des cailloux en forme de point d’interrogation, cette petite fille bric-à-brac déroule le fil de l’existence,apprend à réfléchir et à grandir.Une histoire pour questionner ce Moi qui nous constitue. Une histoire pour le plaisir de poser des questions liées à l’autre, la mort, l’amitié ou encore la peur. Une histoire pour entrer en philosophie.Petits et grands sont accueillis sur le plateau du théâtre, dans un espace d’une belle intimité, pour une petite heure de questionnement et d’enchantement.Implantée en Région Nord-Pas-de-Calais depuis quinze ans, la compagnie Tourneboulé propose des spectacles mêlant théâtre d’objets, jeu d’acteurs et marionnettes.Durée : 55 minMise en scène et écriture : Marie Levavasseur / Dramaturgie : Mariette NavarroCréation lumière : Hervé Gary / Scénographie : Dorothée Ruge / Direction etconstruction marionnettes : Julien Aillet / Costumes et accessoires : MorganeDufour / Son et régisseur lumière : Sylvain Liagre / Construction : AlexandreHerman / Avec : Justine Cambon, Gaëlle Moquay ou Gaëlle Fraysse ou Adeline-Fleur Baude (en alternance), Rémy Chatton (musicien comédien) 
  • agenda
    Katerine
    16 mar
    Musique

    On ne prendrait plus la peine de présenter Katerine s’il n’était pas cet artiste insaisissable et protéiforme dont les plus beaux secrets sont les mieux gardés.

    On ne prendrait plus la peine de présenter Katerine s’il n’était pas cet artiste insaisissable et protéiforme dont les plus beaux secrets sont les mieux gardés. Depuis son apparition au début des années 90, le poète foutraque, également compositeur apparemment simpliste mais profondément génial, n’a pas seulement créé quelques tubes incontournables et facétieux, il a aussi élaboré une oeuvred’une telle originalité qu’elle a pu apparaître sans filiation ; même s’il est évident que l’explication de cette originalité est à rechercher dans l’étendue de sa culture et de sa curiosité.L’album Le film (Cinq7), sorti en avril 2016, est constitué de seize saynètes qui vont du Pas simple au Compliqué et du Bonheur au Merveilleux. C’est un film/disque singulier et pourtant tout Katerine est là, concentré et décontracté. Sur ce dixième album, Katerine chante désormais comme il dessine, le trait vocal s’envole librementmais reste précis, affûté et futé. Cet album, film mental pour les oreilles, constitue un nouveau geste fort, radical mais ouvert à tous.Entre émotion, contre-culture et fou rire, un grand cru Katerinesque.Durée : 2hVoix : Philippe Katerine / Piano : Dana Ciocarlie Supervision musicale : Alexis KuneBenjamin ConteServi par une plume audacieuse, Benjamin Conte a sculpté son univers au plus près de sa vie de grand voyageur. On trouve dans ses chansons une douceur amère qui valorise l'instant, l'objet ou la rencontre. Stagiaire à Voix du Sud, l'association de Francis Cabrel en 2014, programmé dans plusieurs festivals l'année suivante, l'artiste, originaire de la Paillade a pris le recul nécessaire à la réalisation de son 1er album, intitulé La bougeotte.http://www.facebook.com/benjaminconte2014
  • agenda
    Souliers rouges
    23 mar / 23 mar / 24 mar / 24 mar
    Théâtre
    Souliers rouges Compagnie Les Nuits Claires et Compagnie Agnello

    Tragi-comédie pour petite fille et marâtre

    Tragi-comédie pour petite fille et marâtred'Aurélie Namur (Ed.Lansman) - Tout public à partir de 7 ansUne petite fille orpheline est adoptée par une marâtre cruelle qui ne supporte pas que la fillette conserve le moindre souvenir de sa mère défunte. Attirée par le rouge parce que sa mère aimait cette couleur, la petite fille reçoit d’un mystérieux marchand une paire de souliers… rouges. Ces derniers sont magiques mais se révèlent également maléfiques.L’écriture d’Aurélie Namur est à la fois cruelle et salvatrice dans sa réécriture du conte d’Andersen. Elle y apporte une vision contemporaine qui prend le conte à rebrousse-poil : ici, on y punit les méchants cyniques (plutôt que le péché), l’humour et les forces de vie triomphent sur la fatalité et le malheur.La Compagnie Agnello (Bruxelles) et la compagnie Les Nuits Claires (Villeneuve-lès-Maguelone) sont dirigées respectivement par Aurélie Namur, auteure et comédienne et Félicie Artaud, metteuse en scène et comédienne. Elles ont créé Isabelle 100 visages au théâtre Jean Vilar en 2015.Durée : 50 minTexte : Aurélie Namur / Mise en scène : Félicie Artaud / Chorégraphie : Sophie LesoScénographie et costumes : Claire Farah / Lumières : Nathalie Lerat / Son : AntoineBlanquart / Avec : Yannick Guégan, Aurélie Namur et Claire Engel 
  • agenda
    Assemblée
    31 mar / 01 avr / 02 avr
    Théâtre
    Assemblée Compagnie provisoire

    D’après Marion de Lorme, pièce en alexandrins et en cinq actes de Victor Hugo
    La fraternité, l’amour impossible, l’injustice et la misère : ce spectacle porte en lui les thèmes chers à Victor Hugo.

    D’après Marion de Lorme, pièce en alexandrins et en cinq actes de Victor HugoLa fraternité, l’amour impossible, l’injustice et la misère : ce spectacle porte en lui les thèmes chers à Victor Hugo. Voyage, en vers et en musique à travers la France du dix-septième siècle, on y découvre, de combats d’épée en rebondissements, entre complicités et duplicités, toutes les violences que traverse la courtisane Marion de Lorme pour sauver l’homme qu’elle aime de la potence.Ici, l’assemblée des spectateurs fait corps avec le choeur des interprètes. Ils sont ensemble, mêlés. Ils sont le peuple. Ce peuple qui, chez Victor Hugo, tient toujours le premier rôle.Depuis sa création en 2007, la compagnie provisoire propose des spectacles « hors les murs des théâtres » pour aller à la rencontre de nouveaux espaces et de nouveaux publics.Durée : 1h30Adaptation et mise en scène : Julien Guill / Création musicale, oud : Olivier PrivatAvec : Camille Daloz, Dominique Léandri, Claude Maurice, Sébastien Portier, Fanny RudelleCe spectacle se jouera à la Maison pour tous Léo Lagrange.Billetterie et accueil à l'entrée habituelle du théâtre Jean Vilar. 
  • agenda
    Tous Ceux qui errent
    13 avr / 14 avr
    Théâtre
    Tous ceux qui errent Compagnie Motifs d’évasion

    de Nourdine Bara
    Cette pièce nous conduit à suivre un homme qui peu à peu se perd, se laisse distancer. Et cela sans douleur. Car « disparu » il veut l’être, c’est son souhait.

    Cette pièce nous conduit à suivre un homme qui peu à peu se perd, se laisse distancer. Et cela sans douleur. Car « disparu » il veut l’être, c’est son souhait.« L’errance est dans mon travail d’écriture un sentiment, une idée, une sensation qui m’accompagne depuis longtemps. C’est dans la description des personnages, pas tout à fait à leurs places, que je m’appliquais à la décrire, comme un fascinant et parfois inquiétant déséquilibre. Aujourd’hui c’est de l’errance à part entière, del’errance comme localisation géographique, que je veux parler.Aborder l’errance comme sujet me donne l’espoir que le spectateur se pose cette question : où nous conduit-il ? » Nourdine BaraNourdine Bara possède cet art unique de nous bouleverser sans nous brusquer, de solliciter nos intelligences sans nous assommer. « Sa petite musique », si discrète soit-elle, se révèle originale et universelle. Son humour tout en douceur, sa colère comme refusée, lui permettent de se faire entendre, nous invite à l’écouter. Cet homme a quelque chose à nous dire, assurément. Et c’est une chance de l’avoir ici, dans notre quartier, où il est toujours très impliqué.Sébastien Lagord a mis en scène, avec finesse et sensibilité, de nombreux textes contemporains au sein de la compagnie de L’Astrolabe. Il fut aussi le metteur en scène de l’explosif et polyglotte Monsieur de Pourceaugnac que nous avons accueilli la saison dernière.Durée : 1h15Mise en scène : Sébastien Lagord / Distribution : en cours 
  • agenda
    Les misérables
    19 avr / 20 avr / 21 avr
    Théâtre d'objet
    Les misérables Compagnie Karyatides

    d’après le roman de Victor Hugo
    Un spectacle de Karine Birgé et Marie Delhaye
    C’est l’histoire d’un homme qui a tout perdu. Paria de la société, poursuivi par son passé de bagnard, il se sacrifie pour le bonheur d’une enfant que le sort lui a confiée.

    Un spectacle de Karine Birgé et Marie Delhayed'après le roman de Victor HugoC’est l’histoire d’un homme qui a tout perdu. Paria de la société, poursuivi par son passé de bagnard, il se sacrifie pour le bonheur d’une enfant que le sort lui a confiée. C’est l’histoire d’une femme réduite à vendre son corps et à abandonner son enfant ; d’un flic fanatique et infatigable ; d’un gamin des rues impertinent et libre ;d’une justice inique ; du combat en l’homme entre le Bien et le Mal.C’est l’histoire d’un peuple aux abois qui se soulève et défend son idéal jusqu’à la mort.Proposer des mythes de la littérature sur un petit plateau de théâtre, telle est la démarche de la compagnie Karyatides. Par une opération de stylisation vivifiante et novatrice et par l’utilisationd’objets, place est faite à l’imaginaire, à l’évocation et à la métaphore de ce qui reste à chaque spectateur de son âme d’enfant.Originaire de Bruxelles, la compagnie Karyatides défend un théâtre populaire, visuel et poétique.Prix du public Festival off d’Avignon - Catégorie Marionnettes-objetPrix de la critique 2015 - Spectacle « jeune public »Prix de la Ministre de la Culture et Coup de foudre de la presse - RTJP de Huy 2015Durée : 1h10Co mise en scène : Agnès Limbos et Félicie Artaud Collaboration à l’écriture : Françoise Lott /Création sonore : Guillaume Istace / Création lumière : Dimitri Joukovsky / Sculptures : Evandro Serodio Scénographie : Frédérique de Montblanc / Grandes Constructions : Alain Mayoret Sylvain Daval / Petites Constructions : Zoé Tenret / Petits costumes : FrançoiseColpé / Grande peinture : Eugénie Obolensky / Régie : Dimitri Joukovsky et KarlDescarreaux (en alternance) / Par : Karine Birgé, Marie Delhaye, Julie Nathan,Naïma Triboulet (en alternance) 
  • agenda
    Vive les animaux
    26 avr / 27 avr / 29 avr / 29 avr / 30 avr / 30 avr
    Conférence foraine
    Vive les animaux Thierry Bedard / Compagnie notoire

    Conférence foraine
    Tout public à partir de 14 ans
    D’après Vinciane Despret
    Approchez, mesdames et messieurs, approchez ! Venez assister à Vive les animaux !, une conférence savante et foraine.

      Tout public à partir de 14 ansSpectacle co-accueilli avec le Théâtre La Vignette, scène conventionnée Université Paul-ValéryCampus Université Paul ValéryMercredi 26 avril 19h15Jeudi 27 avril 19h15Zoo de LunaretSamedi 29 avril 11h et 15hDimanche 30 avril 11h et 15hTarifs : 5 € / 2 €Renseignements et billetterie : Théâtre La Vignette - www.theatrelavignette.frThéâtre Jean Vilar - 04 67 40 41 39 - theatrejeanvilar.montpellier.frApprochez, mesdames et messieurs, approchez ! Venez assister à Vive les animaux, une conférence savante et foraine. Qu’est-ce qu’une « conférence savante et foraine » ? Dans le cas présent, il s’agit d’un exposé animé dans un stand forain par une philosophe des sciences passionnée d’éthologie. Qu’est-ce que « l’éthologie » ? Dans ce cas d’espèce, il s’agit non seulement de la science qui étudie les moeurs des animaux, mais encore de celle qui étudie ceux-qui-étudient les moeurs des animaux ! Car notre « maître de conférence » présente la particularité de s’intéresser à la fois à l’éthologie et aux éthologistes. C’est-à-dire aux comportements des espèces animales et de l’humain, dans une double circulation.Inspiré de Vinciane Despret, actuellement en poste à l’université de Liège et auteur d’ouvrages traitant de la question animale, Thierry Bedard conjugue habilement amusement et didactisme. Histoires et anecdotes nous tendent autant de miroirs inversés de la société humaine. Le spectateur y trouvera de quoi nourrir sa réflexion personnelle sur notre regard à l’égard des animaux non-humains (et peut-être aussi des humains).Thierry Bedard crée, depuis 1989, des « cycles thématiques » dont l’ensemble constitue un parcours de recherche et une oeuvre théâtrale unique en son genre.Durée : 1h05Texte : Vinciane Despret (extraits d’une conférence prononcée le 17 janvier 2013, intitulée Que dirait les animaux si…) / Mise en scène : Thierry Bedard / Scénographie : Thierry Bedard et Marlène Berkane / Régie générale et lumière : Aline Jobert / Régie plateau : Marlène Berkane / Musique : en cours / Avec : Sabine Moindrot, Julien Cussonneau, Jean Grillet (guitare)
  • agenda
    Petits Chaos
    27 avr / 28 avr
    Théâtre
    Petits Chaos Compagnie de l’Échelle

    Tout public à partir de 8 ans
    Petits Chaos met en scène le parcours d’un personnage - « le sujet » - de la naissance jusqu’à l’âge adulte. Une croissance, balisée par des tests de conformité diaboliques, qui sera déviée de son cours par l’obligation suprême : le devoir de devenir quelqu’un.

    Tout public à partir de 8 ansPetits Chaos met en scène le parcours d’un personnage - « le sujet » - de la naissance jusqu’à l’âge adulte. Une croissance, balisée par des tests de conformité diaboliques, qui sera déviée de son cours par l’obligation suprême : le devoir de devenir quelqu’un.Sans se poser la question de savoir quel quelqu’un il veut devenir, notre sujet tentera donc de devenir « quelqu’un d’autre » en laissant tomber des morceaux de lui-même ; qu’il rangera bien proprement dans une caisse qui le suivra partout. Trichant pour réussir à croître dans la meilleure direction. Jusqu’au moment où sa caisse deviendra plus grande que lui, l’empêchant d’entrer dans le saint des saints de ceux qui ont réussi à devenir quelqu’un.Depuis sa création en 1994 la Compagnie de l’Échelle présente des spectacles de marionnettes.Durée : 50 minMetteur en scène : Caroline Bergeron / Assistante à la mise en scène : CatarinaSantana / Scénographe: Alain Richet / Marionnettes : Bettina Vielhaber / Créationlumière : Boualeme Bengueddach / Avec : Alain Richet (comédien / manipulateur)et Bettina Vielhaber (comédienne / marionnettiste) 
  • agenda
    Braises
    04 mai / 05 mai
    Théâtre
    Braises Compagnie Artefact

    De Catherine Verlaguet
    Texte édité aux Editions Théâtrales (octobre 2014)
    Au sein d’une famille attachée au respect des traditions, une jeune femme prépare son mariage en compagnie de sa mère. Le bonheur pourrait frapper à la porte, mais l’ambiance est étrangement grave, et finalement, ce n’est pas le bonheur mais la soeur aînée qui apparaît.

    De Catherine VerlaguetTexte édité aux Editions Théâtrales (octobre 2014)Au sein d’une famille attachée au respect des traditions, une jeune femme prépare son mariage en compagnie de sa mère. Le bonheur pourrait frapper à la porte, mais l’ambiance est étrangement grave, et finalement, ce n’est pas le bonheur mais la soeur aînée qui apparaît. La soeur aînée qui n’en a fait qu’à sa tête, qui n’a écoutéque son coeur et ses désirs. La soeur aînée qui n’était pas invitée.Braises expose les bouleversements nés de l’éveil amoureux qui embrase l’adolescence, dans un contexte de déchirement entre deux cultures également respectables, également imparfaites, également humaines. Mais Braises expose aussi le moment où c’est la barbarie qui tranche, contre l’humanité, contre l’amour. En cette période où les questions d’appartenance et d’identité nationale font l’objet de débats houleux, Braises aborde sans concession les conflits générationnels et interculturels au coeur du monde d’aujourd’hui.La compagnie Artefact a été créée en 2002 à Sainte-Maxime, dans le Var.Durée : 1hMise en scène : Philippe Boronad / Scénographie : Philippe Maurin / Conceptionimages : Nicolas Helle et Armando Menicacci / Création sonore : Nicolas DeflacheFlûtes enregistrées : Léonardo Garcia / Conception lumières : Nicolas HelleRégie générale : Vincent Salucci / Avec : Manon Allouch, Leila Anis, Aïni Iften 
  • agenda
    Malûf
    10 mai
    Musique
    Malûf Caravane Arabesques

    Spectacle accueilli dans le cadre de la Caravane Arabesques
    Malûf (« familier » en français) est une dénomination utilisée dans certaines villes du Maghreb pour désigner un patrimoine musical dont les origines géoculturelles remonteraient à l’Andalousie.

    Spectacle accueilli dans le cadre de la Caravane ArabesquesMalûf (« familier » en français) est une dénomination utilisée dans certaines villes du Maghreb pour désigner un patrimoine musical dont les origines géoculturelles remonteraient à l’Andalousie. Importées par les Maures chassés de la péninsule ibérique au 15ème siècle, ces musiques donneront naissance à ce qu’on appelle de nos jours « les écoles de la musique arabo-andalouse », à savoir le Malûf de Tunisie, Al Âla du Maroc, le Malûf de Constantine et le Gharnâti de Tlemcen.Le projet Malûf réunit des musiciens d’Espagne, du Maroc, d’Algérie, de Tunisie et de France qui ont travaillé en résidence au Palais Ennejma Ezzahra, maison du baron d’Erlanger, à Sidi Bou Saïd en Tunisie. Ils ont puisé dans ce creuset culturel les éléments d’un langage musical hors du commun, qui a su intégrer certains paradigmes des traditions musicales locales.Plus populaire que savante, la musique arabo-andalouse n’en demeure pas moins une « grande » musique, que nous avons tous dans l’oreille. Elle offre un accès direct aux charmes universels et familiers du Maghreb éternel.Durée : 2hDirection artistique : Safallah Abderrazak (Tunisie) / Ud et chant : Sofien Zaidi(Tunisie) / Percussions : Lotfi Soua (Tunisie) / Violon et chant : Imen Sahir (Maroc)Ud et chant : El Mawsili Nourredine Aliane (France) / Ud, violon et chant : FouedDidi (France) / Guitare et chant : Foued Didi (Espagne) / Guitare et chant : LuisMedina (Espagne)