• agenda
    691
    Le principe du truc
    08 oct / 09 oct
    Théâtre
    Le principe du truc Compagnie Primesautier Théâtre

    Notre création partagée immersive, théâtrale et documentaire continue. En résidence depuis septembre 2015 dans le quartier de la Mosson, la compagnie Primesautier Théâtre en a réalisé un portrait, loin des clichés d’usage, avec humour, poésie, et réalisme.

    Notre création partagée immersive, théâtrale et documentaire continue. En résidence depuis septembre 2015 dans le quartier de la Mosson, la compagnie Primesautier Théâtre en a réalisé un portrait, loin des clichés d’usage, avec humour, poésie, et réalisme.Le principe du truc est l’occasion d’ouvrir le couvercle de cette boîte à secrets et d’expérimenter une forme théâtrale surprenante qui dessinera la cartographie subjective de ce quartier emblématique en donnant la parole à ceux qui y vivent, y travaillent et le constituent.Durant deux après-midi, vous voyagerez à la rencontre de différentes formes artistiques : vous irez de trucs en principes et de principes en trucs afin de reconstruire pour vous-mêmes, et par vous-mêmes, ce quartier dit populaire.Depuis plus de dix ans, la compagnie Primesautier Théâtre articule son projet artistique dans un va-et-vient permanent entre projets impliquant des amateurs et créations professionnelles.L’équipe de Primesautier Théâtre en partenariat avec l’équipe du Théâtre Jean Vilar, les associations I-PEICC, Tin Hinan, Kaïna TV, AJPPN, Les sentiers d’écriture, la compagnie de la Mandragore, la Maison pour tous Léo Lagrange, L’Âge d’Or, le Centre social CAF, la Médiathèque de Métropole Jean-Jacques Rousseau et les habitants du quartier, qui de près comme de loin, ont participé à l’aventure…Durée : 3h
  • agenda
    692
    Teatro comico
    13 oct / 14 oct
    Théâtre
    Teatro comico Compagnia dell’ improvviso

    La Commedia dell’arte, ce style de théâtre de tradition italienne, sera-t-elle une source d’inspiration incontournable pour la création contemporaine ou restera-t-elle une reconstitution historique dépassée et poussiéreuse ?

    La Commedia dell’arte, ce style de théâtre de tradition italienne, sera-t-elle une source d’inspiration incontournable pour la création contemporaine ou restera- t-elle une reconstitution historique dépassée et poussiéreuse ?Confrontant une troupe de comédiens italiens venus présenter les personnages de la tradition et leurs masques à des représentants d’autres tendances théâtrales, la Compagnia dell’improvviso nous offre la question sur un plateau, sans jamais - fort heureusement - se donner la peine d’y répondre. Fans et critiques se disputent lascène sans se rendre compte qu’ils font déjà partie de la création que le maître / conférencier improvise avec eux.Comment une conférence pédagogiquement correcte, exposant talents et tempéraments, devient une véritable joute théâtralisée, qui donne matière à une réflexion amusée sur la place du théâtre populaire aujourd’hui. De dérapages en décalages, le rire et la bouffonnerie contaminent la réalité autant que la représentation.La Compagnia dell’improvviso a été créée en Languedoc-Roussillon en 1996.Durée : 1h20Texte et mise en scène : Luca Franceschi / Masques : Stefano Perocco di MedunaAvec : Nathalie Robert, Carole Ventura, Grégory Nardella, Angello Crotti, LucaFranceschi
  • agenda
    694
    Melankholia
    03 nov / 04 nov
    Théâtre
    Melankholia Compagnie U-structurenouvelle

    Avec μελαγχολία (melankholia) Stethias Deler, metteur en scène hybride de U-structurenouvelle, reprend la bataille inlassable de Sisyphe poussant son rocher, mais tente d’en changer l’absurdité mélancolique.

    Avec μελαγχολία (melankholia) Stethias Deler, metteur en scène hybride de U-structurenouvelle, reprend la bataille inlassable de Sisyphe poussant son rocher, mais tente d’en changer l’absurdité mélancolique. Proposant une « mélancolie de combat » où le monde se refait à vue, six interprètes-créateurs au plateau, étalentet rafistolent nos blessures, nos faiblesses, nos abandons, pressant nos individualismes pour en extraire l’essence. Entre performance et théâtre, ils accompagnent délicatement les spectateurs vers une issue peut-être moins fatale qu’on nous le dit. Pour peu que l’on accepte le diagnostic, voilà que la mélancolie se débride !μελαγχολία (melankholia) nous propose une médecine douce, souvent jubilatoire, pour commencer à nettoyer en profondeur ce vingt-et-unième siècle si pénible à naître.La compagnie montpelliéraine U-structurenouvelle a été créée en 2005 par Stefan Delon et Mathias Beyler. Ce dernier a été artiste associé au théâtre Jean Vilar sur les saisons 2012/2013 et 2013/2014. Il y a notamment mis en scène Les funérailles d’hiver d’Hanock Levin, avec des lycéens, et la création partagée Est-ce ainsi… ? avec des habitants de la Mosson.Durée : 1h30 (sous réserve)Mise en scène : Stethias Deler / Scénographie : Daniel Fayet / Création lumières :Martine André / Avec : Edith Baldy, Sylvain Stawski, Phil Von (créateur sonore),Cyril Laucournet (vidéaste / VJ), Stefan Delon et Mathias Beyler (régies)
  • agenda
    695
    Fethi Tabet
    09 nov
    Musique

    Sur des musiques de danse et de fête, les chansons de Fethi Tabet nous entraînent aux confins de l’Orient et du Maghreb, mais aussi en Jamaïque et à Cuba

    Sur des musiques de danse et de fête, les chansons de Fethi Tabet nous entraînent aux confins de l’Orient et du Maghreb, mais aussi en Jamaïque et à Cuba.Avec des chants en français, en espagnol, en portugais ou encore en wolof, cet ensemble incarne une nouvelle tendance des musiques populaires actuelles qui privilégie la générosité, le contact avec le public et le rapprochement des cultures. Une solide amitié y rassemble des musiciens originaires de France, de Tunisie, duMaroc, du Cameroun, du Sénégal, du Mali et du Brésil, tous leaders, par ailleurs, d’orchestres aux influences musicales diverses.Après avoir enflammé le public du théâtre Jean Vilar avec sa création Alwane en septembre 2014, aux côtés de la chorégraphe Anne- Marie Porras et de ses danseurs, Fethi Tabet a choisi de proposer, cette fois, une rencontre entre musiciens professionnels et amateurs.Artiste montpelliérain arpentant les scènes internationales, Fethi Tabet participe activement à la vie locale du quartier de la Mosson en dirigeant le Centre Culturel International - Musique Sans Frontières.Durée : 2hViolon : Frédéric Tari / Oud, chant : Fethi Tabet / Clavier : Julien AscencioSaxophone : Jérôme Dufour / Percussions : Trajano Ferreira Caldas / Basse : BénildeFodjo Foko / Batterie : Sega Seck / Guitare : Frédéric Wheeler / Artistes invités :Alice Faivre (chant Brésil), José Diaz et Luis Diaz (guitare et chant gipsy),Makou Seck (musique et chant Sénégal).
  • agenda
    696
    Amer
    17 nov / 18 nov
    Théâtre
    Amer Compagnie La Chouette Blanche

    Amer est une commande d’écriture d’Azyadé Bascunana à l’auteur Amine Adjina. Une fiction autobiographique « au second degré », puisque tirant sa source du récit que la comédienne lui a fait d’un épisode personnel.

    Amer est une commande d’écriture d’Azyadé Bascunana à l’auteur Amine Adjina. Une fiction autobiographique « au second degré », puisque tirant sa source du récit que la comédienne lui a fait d’un épisode personnel. Dans cette « histoire », une jeune fille est face à une promesse qu’elle ne peut honorer : celle de ramener lescendres de sa grand-mère jusqu’en Algérie. Cette traversée est empêchée par des conflits familiaux mais aussi par ce legs de l’Histoire que représente la guerre d’Algérie.Qu’est-ce qu’une promesse ? Jusqu’où nous engage-t-elle ? Cette promesse est le point de départ de l’écriture mais c’est son impossible réalisation qui rend l’acte théâtral nécessaire.La compagnie La Chouette Blanche a été fondée en 2011 à Montpellier par Azyadé Bascunana.Durée : 1hÉcriture : Amine Adjina / Mise en scène : Amine Adjina et Azyadé BascunanaDirection d’acteur : Amine Adjina / Création lumière : Olivier Modol Création sonore : Damien Fadat / Avec : Azyadé Bascunana
  • actualites
    719
    16 sep

    Le théâtre Jean Vilar recherche des footballeuses et des footballeurs pour participer à des créations partagées au mois de février 2017.

    Le théâtre Jean Vilar recherche des footballeuses et des footballeurs pour participer à des créations partagées au mois de février 2017.Pour la création Dribble! mise en scène par la Cie Les nuits claires et Félicie Artaud nous recherchons des footballeuses pour ce projet mêlant sport et théâtre.Pour la création Footwork, dirigée par Hamid El Kabouss (danseur et chorégraphe), nous recherchons des footballeurs à partir de 17 - 18 ans pour ce projet mêlant danse et football.Ces deux projets ne nécessitent pas d'être un champion (ne) du ballon rond, ni d'être un comédien (ne) ou un danseur(se) accomplis! C'est un projet encadré par des artistes professionnels pour des amateurs qui veulent participer avec assiduité à la création d'un spectacle.Pour tout renseignement, contacter le théâtre Jean Vilar04 67 40 41 39 ou 04 67 40 76 07 (Maguelone Astruc)maguelone.astruc@ville-montpellier.fr
  • actualites
    644
    inauguration bar théâtre Jean Vilar
    21 avr

    Après la réouverture du Théâtre Jean Vilar en janvier 2015, suite aux inondations, c’est au tour du bar, d’être inauguré samedi 11 avril 2015, à 18

    Après la réouverture du Théâtre Jean Vilar en janvier 2015, suite aux inondations, c’est au tour du bar, d’être inauguré samedi 11 avril 2015, à 18h00, en présence de Philippe SAUREL, maire de la Ville, président de Montpellier Méditerranée Métropole.Le nouveau bar-restaurant-cabaret du théâtre Jean Vilar était initialement prévue à l’automne dernier, afin d’embellir cet espace important pour la vie du théâtre. Mais les deux inondations des 28 septembre et 5 octobre 2014 ont interrompu les travaux. Dès lors, l’enjeu a été de remettre le théâtre en état de marche, tout en menant les travaux d’amélioration et d’embellissement de l’espace bar/restaurant. Le projet architecturalLe bar du théâtre Jean Vilar a toujours été apprécié des spectateurs et très fréquenté. Outre le service rendu aux usagers souhaitant se restaurer avant et après les spectacles, c’est un endroit pour prolonger la soirée, dans un climat chaleureux, convivial et amical.Le projet de rénovation s’est donc appuyé sur cette tradition de convivialité solidement implantée, tout en apportant de réelles évolutions.Le projet architectural a été confié à une jeune architecte montpelliéraine, Virginie LAUTREDOU, du cabinet SYNAPSE.Le bar est composé d’ « un ensemble de dégradés : le travail des couleurs et lumières, allant du bleu clair rappelant le quartier au noir de la scène. L'escalier volumineux vient se lier à l'espace bar par un jeu de lames de bois créant un effet cinétique lors de l'arrivée, et les usages de la cuisine et du bar sont simplifiés et optimisés, pour un meilleur accueil. L'espace peut désormais plus spontanément se transformer en café-théâtre, en bar exposition, en cabaret, ou même laisser la place aux danseurs improvisés lors d'une soirée. »Un nouvel espace de programmation artistique et culturelleOutre le maintien de sa fonction de bar-restaurant- cabaret ouvert les soirs de représentation, le théâtre entend offrir désormais grâce au bar un nouvel espace de programmation, dont les maîtres mots seront : convivialité, ouverture culturelle et expérience partagée.Les contraintes scéniques (4m x 3m) imposent des formes spécifiques : petits ensembles, artistes en solo ou projets utilisant l’ensemble du bar.La jauge de 70 places, intimiste, donnera la possibilité d’accueillir des propositions originales, des artistes en émergence, des amateurs, des artistes en herbe et de prendre le risque de l’expérimentation.A raison d’une soirée par mois (s’intercalant entre les soirs de représentation sur la grande scène), la programmation du bar permettra de présenter des « petites formes d’expression » dans un espace décontracté favorisant la proximité.Enfin, chaque soirée sera partenariale, afin de renforcer la synergie des lieux et des acteurs culturels, mais également de créer du lien entre le théâtre et les montpelliérains, et plus particulièrement entre le théâtre et les habitants de son quartier.Une soirée inaugurale à l’image d’une programmation originale et convivialeL’exemple de la soirée inaugurale, proposant un groupe du Labo artistique de la Maison pour tous Léo Lagrange (PERSIAN RUGS), une auteur-compositrice lauréate du concours du Jam (NDOBO EMMA), et une prestation de Matthieu PENCHINAT qui fit autrefois ses classes à l’ENSAD, montre bien toute la richesse que produira cette démarche partenariale. Les associations du quartier seront  partenaires comme toutes celles qui souhaitent travailler avec le Théâtre à la Paillade, et tous les habitants qui veulent contribuer à rendre ce lieu ouvert à tous et vivant.
  • page
    629

    Le Théâtre Jean Vilar propose une saison fidèle à son image, et parie comme toujours sur la curiosité collective

    La saison du Théâtre Jean Vilar invite à un large rassemblement dans lequel chacun trouve sa place, au carrefour de toutes les cultures. Que l’art dramatique se montre joyeux ou mélancolique, que la musique se décline en chanson ou en musiques du monde, que la poésie croise le cirque, et la danse le football… le maître mot est ici« diversité ». Et l’artiste est au coeur de la rencontre, lui qui a plus que jamais besoin du soutien des institutions de son territoire pour pouvoir le faire vivre en retour. Notre souhait est que les artistes d’ici soient soutenus par le théâtre municipal, comme ils le sont par ailleurs au moyen des subventions. Ces artistes, nous les soutenons aussi dans leur combat pour que le régime de l’intermittence soit reconnu pour ce qu’il est : un socle des activités culturelles de notre pays, un droit acquis dans le cadre de la longue lutte sociale qui permit de faire progresser notre Nation vers plus de Lumières. C’est aussi cela la République que nous voulons : une République cultivée et juste avec ceux, artistes et techniciens, qui travaillent à nous élever en Humanité.Cinq créations seront accompagnées et accueillies cette année. Le théâtre Jean Vilar multiplie les partenariats, bâtit des chantiers avec les acteurs sur le terrain, ceux de l’éducation, de l’insertion, de la prévention, de l’accompagnement social... Il propose des stages et des ateliers. Il continue de s’engager dans la « création partagée », avec deux projets participatifs axés sur le thème, ô combien fédérateur, du football.Qu’un spectacle soit programmé au zoo de Lunaret en collaboration avec le théâtre La Vignette, que l’Orchestre de Montpellier fasse son entrée dans la programmation, que cinq Maisons pour tous des quartiers de la Mosson, des Cévennes et du Petit Bard, lui ouvrent leurs portes… tout cela montre un théâtre ouvert.Et cette année, une évolution de la politique tarifaire permet de lever toute barrière financière. Nous avons voulu rendre le théâtre accessible aux bénéficiaires des minima sociaux et aux élèves des écoles de Montpellier pour 1 euro.Il y a une place pour vous au Théâtre Jean Vilar !Philippe SAURELMaire de MontpellierPrésident de Montpellier Méditerranée MétropoleSonia KERANGUEVENAdjointe au Maire, déléguée à la Culture Et si la richesse d’une vie portait non seulement sur ce que l’on peut avoir mais aussi sur ce que l’on peut être ? Si la quête de justice sociale ne se limitait pas à une  question économique mais intégrait au premier chef le partage d’un patrimoine  culturel ? N’est-ce pas la pire des inégalités, la racine de toutes les autres, que d’être exclu du partage des biens culturels ?Les femmes et les hommes qui, dans l’après-guerre, posèrent les principes du service public culturel se demandaient comment rendre possible le partage de la culture par le plus grand nombre. À l’heure de la profusion, de la diversité, de la relativité des valeurs… les femmes et les hommes d’aujourd’hui ont une question supplémentaire à formuler : que voulons-nous démocratiser ? Un trésor culturel ? Des valeurs immuables, indexées sur le cours de quelque métal inoxydable ? Ou quelque-chose de plus complexe et de moins sclérosé : une richesse faite du monde même, de son mouvement, de son actualité, de sa vitalité ? Et si c’était cela que nous avons à partager : les échanges de cultures – leur diversité, leurs interactions –,le télescopage joyeux des appartenances et des distinctions, des communautés et des individualités ?Cette saison plonge au coeur de ce mouvement riche de toutes les expressions ; aussi, ne prenons pas le risque de canaliser votre curiosité et contentons-nous d’attirer votre attention sur cinq « créations » réalisées par des artistes d’ici :« Amer », d’Azyadé Bascunana, est une quête personnelle et familiale,sur un texte commandé à l’auteur Amine Adjina, dont la lecture a laissé entrevoir un spectacle fort.« Melankholia » de la compagnie U-Structurenouvelle, mis en scène par Mathias Beyler et Stephan Delon, a pour ambition de traiter son thème sans mélancolie. Les premières recherches promettent autant d’épaisseur philosophique que d’humour et de dérision : nous savons ici que nous nous écarterons des sentiers battus.« Chaîne », chorégraphie hip-hop d’Hamid El Kabouss, entend rendre compte de la résilience que représente la culture afro-américaine par rapport au destin des Afro-américains. Découvert par Montpellier Danse, Hamid El Kabouss enchante par son art du mime chorégraphique.« Débrayage » de Rémi de Vos, pourra compter sur l’énergie et le talent de la compagnie de l’Astrolabe. Ce texte, qui aborde avec une ironie cinglante le monde du travail, convient parfaitement à l’équipe de choc menée par le metteur en scène Nicolas Pichot.Une nouvelle commande est passée à l’auteur Nourdine Bara, qui nous avait comblé avec « Et je leur dirais quoi ? » en 2015. Cette fois, l’auteur pailladin, associé au metteur en scène Sébastien Lagord, pose un regard sur « Tous ceux qui errent ».Enfin, nous vous proposons de découvrir, en écho sur une même soirée, deux créations partagées : « Footwork » d’Hamid El Kabouss, avec des jeunes du quartier adeptes du ballon rond; « Dribble ! » de Félicie Artaud, avec des joueuses de foot de la Mosson et du Petit Bard.Nous vous laissons le soin de découvrir par la lecture le reste de ce programme, et espérons que vous prendrez autant de plaisir à cette saison que mon équipe et moi avons pris à la préparer.Frantz DelplanqueDirecteur du théâtre
  • page
    1

    Vous souhaitez consulter le programme papier ou le télécharger ?

    Télécharger le programme papier(PDF 5 Mo) en cliquant sur l'image ci-dessusou en cliquant ici  
  • bloc_titre
    12
    Théâtre Jean Vilar Saison 2016 - 2017